Sharing is Caring N°3 : fausse couche

Motherstories_Sharing is caring2_080x1080px.png

Nous sommes convaincues qu’il est nécessaire de briser la loi du silence entourant la maternité et déterminées à lever des tabous qui ne devraient pas en être. En témoignant, vous offrez un soutien et du réconfort à toutes les femmes traversant une épreuve similaire sans oser en parler. Merci pour elles, merci à vous.


Témoignage d’Anaïs

« Mon mari et moi avons décidé d’avoir un enfant en mars 2015. Très vite, j’arrête la pilule et chanceuse je tombe enceinte immédiatement. Nous avons notre premier rdv avec le gynécologue à 8sa et entendons le cœur de notre bébé. Le prochain est pris pour la fameux des 12-13sa. Nous sommes remplis de joie et je sens mon corps changer un petit peu. Arrive le fameux rendez-vous, nous sommes impatients et imaginons voir notre bébé avec déjà deux petits bras et deux petites jambes. Le gynécologue ne dit mot. Je vois que notre enfant a une forme étrange comparée à celle qu’il devrait avoir à ce stade. Le silence est long avant le verdict fatal : « le cœur de votre bébé s’est arrêté ». Tout s’effondre autour de nous, mon mari fait un malaise et je fonds en larmes, c’était le 24 juin 2015. Notre bébé, le fruit de notre amour, a arrêté de se développer suite à notre premier rendez-vous et mon corps l’a gardé. S’en suit bien entendu les choses désagréables avec la prise d’un médicament qui ne fonctionne pas et qui me conduit, quelques jours plus tard, au bloc. Heureusement, j’étais entourée d’un personnel plus que bienveillant.

Puis, la vie a repris son cours. Nous sommes partis en vacances et avons attendu trois mois comme demandé par le médecin avant de tenter à nouveau notre chance. Chanceux, comme la première fois, je retombe enceinte fin septembre. J’ai peur à chaque fois que je vais aux toilettes et à l’approche du premier rendez-vous. Finalement, rendez-vous qui n’aura jamais lieu car je perds mon deuxième bébé à 6sa. C’est ce que ma gynécologue appelle une grossesse biochimique. On se relève difficilement mais la deuxième fois est un peu moins douloureuse car inconsciemment on s’y était préparé. Je retombe enceinte et le 20 décembre, premier rendez-vous avec une gynécologue qui n’est pas la mienne. Elle m’annonce à 7sa que l’œuf semble clair et qu’il faut refaire un examen quelques jours plus tard. L’embryon ne s’est pas développé suffisamment et je me retrouve dans cette situation où je dois prendre un médicament que j’ai maintenant déjà à la maison. Noël 2015 fut horrible ! Nous partons en voyage tout de suite après mais l’amertume et la tristesse continuent de m’envahir. 3 fausses couches en 7 mois… Qu’est ce que je fais de mal, pourquoi nous ? De là, j’enchaîne toute une batterie d’examens génétiques et immunologiques. De mon côté, je consulte une formidable acupunctrice. Nous devons à nouveau attendre quelques mois avant de retenter notre chance.

Nous partons en Inde et à notre retour, quelques semaines plus tard, je sens qu’un petit être s’est invité dans mon corps. L’angoisse est palpable. Je sais que j’attends un garçon dès les premières semaines, je le sens. La grossesse fut compliquée. J’ai dû rester calme, faire des examens toutes les semaines pendant les trois premiers mois. Mon bébé avait la clarté nucale un peu épaisse et le médecin ne voulait prendre aucun risque c’est pourquoi j’ai eu une grossesse hyper-médicalisée... Mon fils a maintenant 2 ans et demi. Il est en parfaite santé et je sens qu’il sait ce qu’on a vécu, ça fait aussi partie de son histoire.

Je n’oublierais jamais ce que l’on a traversé et il m’arrive encore de pleurer. Mais, en regardant notre fils, mon cœur de maman cicatrise. »


Vous souhaitez témoigner ? MotherStories est là pour vous !
Envoyez-nous votre histoire.