Comment arrêter de culpabiliser en tant que maman ?

Découvrez l’article de notre partenaire Sandy Kaufmann, coach de vie. Elle aide les femmes à retrouver leur sérénité émotionnelle en guérissant de leur passé pour construire et entretenir des relations épanouissantes avec leurs enfants et elles-mêmes.

Sandy sera également l’une de nos intervenantes lors du Mothers Talk du 22.08 Back to work (part 1) sur le thème « Le congé maternité : tout savoir et comment le vivre en toute sérénité ». Plus d’informations et inscription ici.

Que ce soit quand vous vous accordez un moment sans enfant ou que vous n’avez pas agi aussi calmement que vous l’auriez voulu, la culpabilité est souvent le pain quotidien de votre vie de maman.

Et même si rationnellement vous savez que vous avez le droit de prendre du temps pour vous et de faire des erreurs, il vous est difficile de vous libérer de ce poids de la culpabilité.

Alors que faire ?

Comprendre pourquoi on culpabilise

La culpabilité est une émotion qui arrive quand nous jugeons nos actions comme étant mauvaises.

Cette émotion nous permet de nous poser la question si nos actions étaient adéquates et si ce n’était pas le cas, de corriger le tir pour les prochaines fois.

La culpabilité vient donc de notre évaluation de ce qui est bien ou mal.

Ce qui influence votre juge intérieur

Votre juge intérieur va se référer à votre système de valeurs pour définir si votre action est bonne ou mauvaise.

Et votre système de valeurs est influencé par de nombreux facteurs :

  • Vos propres attentes
    de ce que doit faire une mère pour être une bonne mère. Ces attentes peuvent être influencées par le milieu dans lequel vous vivez, la culture de votre pays d’origine et aussi les médias.

  • Vos schémas parentaux
    Vous avez évalué à un moment donné l’éducation de vos parents et tentez de reproduire ce qui était bien selon vous et changer ce qui était mauvais. Ce processus est plus ou moins conscient et demande souvent à être réévalué au moment où l’on devient parent, car pour un enfant un parent qui se sacrifie totalement pour lui est le meilleur des scénarios. Par exemple, si votre mère était dans le sacrifice total pour ses enfants et que vous avez eu une enfance heureuse, il est possible que vous vouliez reproduire inconsciemment son schéma et que vous vous efforcez dans votre vie de trouver un équilibre entre votre rôle de maman et votre rôle de femme culpabilisant ainsi constamment. Ou à l’inverse, si vous n’avez pas été heureuse de l’éducation de vos parents, vous avez peur de reproduire les mêmes schémas et culpabiliser dès que vous faites quelque chose de travers. Enfin, vous pouvez avoir souffert de certains comportements de vos parents et vous les reproduisez systématiquement et cela vous fait grandement culpabiliser.

  • Votre niveau d’indépendance émotionnelle
    Est-ce que vous arrivez facilement à agir à l’encontre de ce que disent votre conjoint, vos proches, vos amis, voire la société, parce que cela correspond tout simplement à vos besoins ?

  • Votre estime de soi
    Est-ce que dans le passé vous arriviez facilement à vous mettre à la première place dans votre vie ou était-ce déjà égoïste ? La venue d’un enfant donne de bonnes raisons de se dé prioriser et cela demande un niveau d’estime de soi supérieur à quand vous n’aviez pas d’enfants.

Comment sortir de cette culpabilité ?

La prochaine fois qu’un sentiment de culpabilité surgira posez-vous les questions suivantes :

1. Est-ce que l’action que je viens ou veux faire est légitime ?

2. Pourquoi est-ce que je la juge comme mauvaise ?

3. Qu’est-ce qui a pu influencer ce jugement :

a. Mes attentes en tant que mère ?

b. Mes schémas parentaux ?

c. Mon estime de moi ?

d. Ce que les autres pensent de cette action ?

4. Que dirait l’avocat qui devrait prendre votre défense à ce sujet ?

Pour que votre « juge intérieur » comprenne que votre action n’était pas si mauvaise, il a besoin d’expérimenter que les conséquences de votre action ne sont pas mauvaises.

Si je reprends l’exemple de la maman qui n’ose pas prendre du temps pour elle, le juge intérieur a besoin de voir que finalement le monde ne s’est pas effondré pendant le temps qu’elle a pris pour elle.

Si vous avez, selon vous, mal agi envers votre enfant, il est important de réparer votre erreur en expliquant à votre enfant que vous avez mal agi. Pour réparer vos torts, votre enfant a besoin d’entendre que ce n’était pas sa faute si vous avez agi comme cela (c’est votre problème, il ne « mérite » pas ce traitement), que vous l’aimez et demandez-lui pardon. Si vous pensez qu’il a été choqué, donnez-lui quelques gouttes de fleurs de Bach Rescue pour enfant, afin que ses organes n’enregistrent pas le choc.

Et si cela continue…

Si le sentiment de culpabilité ne se dissipe pas ou que vous réagissez toujours d’une certaine manière qui vous déplait, cela veut dire que des blessures plus profondes en rapport avec vos schémas parentaux ou avec votre estime de soi demandent à être guéries et nécessitent un accompagnement avec un professionnel. Vous pouvez regarder mon webinaire gratuit pour comprendre d’où vient dans le passé ce sentiment de culpabilité.

Devenir maman est un changement de vie important et bien souvent il ressort tout ce que nous n’avons pas « réglé » avec notre famille ou avec nous-mêmes. C’est aussi l’occasion parfaite de faire un travail de fond pour éviter de transmettre certains schémas à nos enfants.

 
 

Sandy Kaufmann
coach de vie
www.sandykaufmann.ch